Le chauffeur A. S. avait dissimulé 114 kg de drogue dans la malle de son «clando» : Il encourt 10 ans de travaux forcés

Le chauffeur A. S. avait dissimulé 114 kg de drogue dans la malle de son «clando» : Il encourt 10 ans de travaux forcés

Les nommés Alioune Sèye, âgé de 36 ans, chauffeur de clando et Mame Diarra Sèye, âgée de 35 ans, commerçante, tous domiciliés à Guédiawaye, ont comparu mercredi dernier à l’audience de la chambre criminelle du Tribunal de grande instance (Tgi) de Dakar. Ils répondaient des faits d’association de malfaiteurs, trafic intérieur de drogue et blanchiment de capitaux. Le parquet a requis 10 ans de travaux forcés contre Alioune Sèye pour complicité de trafic de drogue. L’affaire est mise en délibéré pour le 18 novembre prochain.
Les faits pour lesquels les nommés Alioune Sèye et Mame Diarra Sèye ont comparu à l’audience de la chambre criminelle remontent en 2017 à Guédiawaye. Tout est parti d’une dénonciation anonyme reçue par les éléments de la Section de Recherches courant juillet 2017 et faisant état d’un trafic intense de drogue au domicile de la dame Mame Diarra Sèye à Guédiawaye.
Le chauffeur Alioune Sèye a été ainsi appréhendé avec 114 kg de drogue retrouvés dans la malle arrière de son véhicule. Après trois années de détention provisoire, les deux accusés ont été jugés pour des faits de trafic de drogue, d’association de malfaiteurs et blanchiment de capitaux. « C’est Mame Diarra Seye qui m’avait demandé de transporter la marchandise à la Cité Gadaye. Mais je croyais que c’était des tissus « Thioup ». Elle m’avait payé la somme de 3000 francs.
Les deux sacs contenaient de la drogue mais je l’ignorais », a soutenu le chauffeur de « clando » qui accuse sa présumée complice. Pour rappel, la dame avait été condamnée à 5 ans de prison en 2007 pour des mêmes faits. bien qu’ayant été condamnée dans le passé pour des faits de trafic de drogue, Mame Diarra Sèye a nié cette fois-ci les faits qui lui sont reprochés dans cette procédure. « Je ne connais ni d’Adam ni d’Eve Alioune Seye », s’est défendue la dame interpelée à l’hôpital Le Dantec par les pandores à la suite de l’arrestation de son co-accusé. « Le chanvre indien retrouvé chez moi à Guédiawaye appartenait à Papa Doumbouya. Je l’ai connu dans le cadre de mon commerce de tissu. Il avait caché la drogue dans des pneus », a prétendu Mame Diarra Sèye.
A l’enquête préliminaire, la récidiviste avait reconnu qu’elle s’activait dans le commerce illicite en connivence avec Papa Doumbouya. « C’est le nommé Ousmane Keïta qui a convoyé le produit au Sénégal », avait-elle révélé aux pandores. Les trois témoins entendus à barre ont tous soutenu que la drogue retrouvée chez la dame appartenait à Papa Doumbouya.
Dans son réquisitoire, le maître des poursuites a requis 10 ans de travaux forcés contre Alioune Seye pour complicité de trafic de drogue. « Il a transporté un produit interdit par la loi. Quant à la paternité du produit, c’est discutable. Mais la complicité de trafic de drogue est constante à son encontre », a soutenu le représentant du ministère public qui a sollicité l’acquittement de Mame Diarra Seye.
D’après le substitut du procureur, aucun élément du dossier ne permet de dire que c’est Mame Diarra qui a donné des instructions à Alioune Seye. Quant aux conseils de la défense, ils ont sollicité l’acquittement au bénéfice du doute de leur client. « Le mal est déjà fait. Notre cliente, Mame Diarra Sèye, est en détention depuis trois ans sur la simple base des déclarations de son co-accusé, elle a été privée de sa liberté depuis 2017 », a regretté Me Seydou Diagne. La chambre criminelle a mis l’affaire en délibéré pour le 18 novembre prochain.
Le Témoin

0 0 vote
Article Rating
CATEGORIES
TAGS
Share This
0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x